• 25 août 2012
fr

Eté au Point-Cœur Maurice Zundel

Alors que beau­coup de nos amis gene­vois sont partis en vacan­ces, l’acti­vité bat son plein au Point-Cœur Maurice Zundel.

Genève est devenu un haut lieu de vil­lé­gia­ture et d’accueil pour tous les amis de notre famille spi­ri­tuelle à tra­vers le monde. Je vou­drais juste vous raconter la jour­née du pre­mier Août, fête natio­nale suisse !

Nous avons eu la visite de nos grands amis du El Salvador, mem­bres de la Fraternité des laïcs de Points-Cœur et anciens volon­tai­res : Keny, Benito et leurs trois enfants, Raul, Emmanuel et Marie. Ce fut un grand bou­le­ver­se­ment dans la maison, pas une minute de libre, sur­tout avec Raoul, leur pre­mier enfant adopté, tri­so­mi­que, qui demande une atten­tion de tout ins­tant. Une vraie joie et un vrai mira­cle de les avoir parmi nous, sur­tout Raoul que j’ai connu et qui habi­tait dans un foyer pour enfants aban­don­nés que nous allions visi­ter régu­liè­re­ment au Salvador. Quel chemin par­couru depuis le « Hogar del her­mano Pedro »jusqu’au jet d’eau de Genève !!!! Il es beau de voir com­bien cette expé­rience de mis­sion a trans­formé leur vie et est la force de leur couple et famille main­te­nant au quo­ti­dien.

A 16H00, alors qu’ils venaient de partir, Attila et sa femme, Moni (Les grands amis du Point-Cœur de Deva) son­nent à notre porte. Ils reve­naient de la ren­contre des équipes Notre-Dame au Brésil et de leur séjour au Point-Cœur de la Fazenda do Natal à Salvador da Bahia. Etant en tran­sit à Genève avant , ils ont tenu à venir nous par­ta­ger leur expé­rience. Là aussi, encore un émerveillement devant leur amour de notre cha­risme : un couple qui n’est pas parti en mis­sion et pour­tant qui lui aussi béné­fi­cie et vit des fruits de la mis­sion de nos jeunes volon­tai­res pré­sents dans leur pays.

A 18H00, arrive une de nos amies de Genève qui, bien éprouvée en ce moment, vient nous dire qu’elle veut pren­dre un temps de louange avec nous dans la cha­pelle pour tout ce que le Seigneur fait dans sa vie et elle dit tout sim­ple­ment : « J’avais envie de vivre cela avec vous. » Puis, un autre ami m’appelle en me deman­dant de venir seu­le­ment être un moment avec lui pour qu’il puisse faire sa valise pour partir en voyage. « Je n’ai pas besoin que tu m’aides mais je ne peux le faire sans ta pré­sence. » dit-il tel­le­ment il est angoissé en ce moment.

Tout ce tour­billon de cris, de joie, d’angoisse, de confi­dence de tous les pays du monde me bous­cule.

Plus j’avance, plus je vois le besoin de cette simple pré­sence, reflet de la Présence du Christ, gra­tuite qui seule comble les cœurs.

Notre Point-Coeur en un ins­tant se mon­trait à l’image de ce que, je pense, nos amis veu­lent vivre à l’ONU , du Salvador à la Roumanie en pas­sant par Genève, dans tous les pays du monde, l’homme a la même soif du Christ, a besoin de vivre cette amitié qui nous permet de nous dépas­ser, d’aller tou­jours plus loin, d’être nous-même.

Sr Marie-Madeleine

Revenir au début